INVITÉS

[en cours de saisie]

Catherine ZARCATE, conte depuis 40 ans. Elle fait partie des conteurs de la « première génération » qui ont initié le renouveau du conte en France. Ses spectacles ont inauguré le conte pour adultes sous une forme philosophique. Elle conte également pour les enfants dès sept ans. Elle aime les vastes fresques autant que les récits intimistes et peut conter des nuits entières. Elle est connue comme une artiste aimant unir, dans chaque spectacle, la profondeur et l’humour.
Femme présente à son monde, elle interroge avec douceur notre relation à la vie, au féminin.
Son travail, fondé dans le patrimoine mondial des contes, mythes et épopées, fait résonner leur dimension contemporaine et nous touche, ici et maintenant, dans notre humanité. Sensible à la nature et à la nécessité de s’y relier, elle oriente maintenant certains récits en ce sens.


https://catherine-zarcate.com/

Pascal FAULIOT fait partie des pionniers du renouveau du conte. Au fil du temps, il s’est
imposé comme le grand spécialiste des contes de sagesse et des légendes de l’Asie. Il s’est
illustré également dans les premiers spectacles expérimentaux de contes musicaux et gestuels
avec des musiciens, des chanteurs et des danseurs. Il rejoint le CLIO de Bruno de la Salle en
1981, dès sa fondation, où il co-écrit le Récit de Schéhérazade, et le Cycle du Roi Arthur;
pour Le Festival d’Avignon et France-Culture. Il collabore également aux créations de la Cie du Cercle d’Abbi Patrix, où il co-écrit notamment La guerre des Corbeaux et des Hiboux; avant de fonder la Cie Hamsa avec Martine Salmon, chorégraphe, danseuse et slameuse. Ils créent des spectacles qui tourneront dans de nombreux festivals, des Scènes Nationales, des médiathèques et des musées.
C’est en pratiquant dans son adolescence les Arts Martiaux japonais avec un maître très expert en contes zen et en légendes de samouraïs qu’il prend goût à l’art du récit ! Il recueille ces histoires, les raconte et les publie en 1981 sous le titre « Les contes des Arts Martiaux » (Albin Michel), un ouvrage, traduit dans plusieurs langues, qui fait référence. Il écrit ensuite 18 recueils de contes et légendes, notamment aux éditions du Seuil dans la collection; contes des sages; créée par Henri Gougaud. Il est également le directeur du Légendaire, festival de contes et légendes en Eure et Loir et le directeur de la collection de contes, ApprentisSages, aux éditions Cipango.

Thierry Berlanda est philosophe, conférencier et auteur prolixe aussi bien de « techno triller »
que de polars historiques et d’essais. L’insigne du Boiteux et L’affaire Creutzwald sont ses romans les plus connus. Il vient de oublier un nouveau thriller, Déviation Nord.

Je suis né à Paris et j’y vis, entouré de ma famille, d’amis et de livres, tout en haut d’un immeuble d’où je vois la Tour Eiffel, la Tour Montparnasse, le Sacré Cœur, les va-et-vient des longs courriers, et aussi les étoiles. Depuis une quarantaine d’années (j’ai commencé très jeune), j’écris environ un roman tous les ans, comme un pommier fait des pommes, mais je ne conserve que les plus beaux fruits. Un écrivain est d’abord son style, et le style est d’abord un rythme : chez moi, c’est la rencontre de la littérature classique et du  Rock. Malgré la grande variété apparente de ce que je produis, je ne poursuis qu’un seul but : montrer l’humanité nue, dans sa vérité.

Née en 1954, Martine Lafon est une artiste plasticienne et auteure. Présentée comme une artiste du livre, elle mène une pratique éditoriale dans laquelle la multiplicité des techniques et matériaux qu’elle utilise la place dans une logique de multiplication d’images où la polysémie amplifie les signes et les sens. Elle vit à Paris et dans le sud de la France.

Martine Lafon a étudié à l’École des Beaux-arts de Saint-Étienne de 1972 à 1974 et a poursuivi son cursus à l’École des Beaux-arts de Nîmes puis à l'Ensba (École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris) où elle obtient le diplôme supérieur d’arts plastiques dans les techniques de l’estampe en 1980. Elle poursuit alors son travail dans le domaine de la gravure et de l’édition. En 1988, un voyage en République démocratique allemande R.D.A. à Berlin, Leipzig et Dresde oriente son travail sur les limites du paysage. Elle développe cette démarche de manière décisionnelle au début des années 90, dans l’ex-Allemagne de l’Est, ainsi qu’à Prague, mais également en France en observant les frontières historiques et en associant toujours la photographie et la gravure ou le dessin.
Elle est invitée en 2011 en résidence d’artiste en Lettonie pour comprendre ce qu'il reste de ce
pays de l’ancien Empire russe, dans la peinture de Mark Rothko, et en présente la restitution
en 2016 au Centre Mark Rothko à Daugavpils.
Martine Lafon fonde en 1996, l’atelier post-rodo avec Gérard Depralon.
C’est en 1997 qu’elle entame une réflexion sur la couleur rouge 5  en mettant en parallèle deux robes, celle de la Vierge à l’enfant du Maître de Narni, XV e  siècle 6  et une paper dress d’Andy Warhol. En collaboration avec Esther Moench est édité La Robe rouge chez post-rodo en 1997.
Depuis 1992, Martine Lafon conduit une réflexion sur le territoire, rural ou urbain, qu’elle transcrit par la gravure, le dessin et la photographie. […] En observant les livres dans lesquels elle intervient on est frappé par la quasi omniprésence du rouge…

Maxence Layet est journaliste scientifique, conférencier et auteur de livres, d’articles et de documentaires spécialisés dans l’innovation, les alternatives, la cyberculture, les médecines douces, les nouvelles technologies de l’énergie et l’environnement électromagnétique. Co-auteur des films documentaires Les sacrifiés des ondes, Du Quinton contre la Hernie Discale (BigBangBoum Films), et Sous le feu des ondes produit et diffusé par Arte en 2009, Maxence Layet est également directeur de collection aux Editions Tredaniel et Courrier du Livre, où il a notamment écrit, co-écrit ou supervisé les ouvrages L’énergie secrète de l’univers, Quinton, le sérum de la vie, Electroculture et Energies libres, Lumière : médecine du futur, Le sang, révélateur de l’inconscient, Le code caché des miracles de Jésus et Lakhovsky : le Génie desAnneaux.

Noëlle Bréham est une journaliste et animatrice radio. Elle se fait remarquer aux débuts des
années 1980 sur France Inter en animant plusieurs émissions abordant aussi bien la télévision
que la chanson ou le théâtre. Ce premier succès lui ouvre les portes de la télévision, où elle va
débuter une nouvelle carrière. Après Envole-moi sur TF1, elle participe à l’émission Ciel mon mardi ! de Christophe Dechavanne, ou encore à Pyramide avec Patrice Laffont. Noëlle Bréham travaillera également pour les chaînes France5 et M6, avec Passions françaises. En 2002, elle rejoint Stéphane Marie pour l’émission Silence, ça pousse, une émission consacrée au jardinage. Si elle avoue ne pas avoir d’intérêt particulier pour ce loisir avant de débuter l’émission, elle s’est rapidement prise au jeu, au point d’acquérir de solides connaissances. Parallèlement à ces activités, Noëlle Bréham a également écrit trois ouvrages : Je suis enceinte. C’est grave, docteur ?, Les P’tits Bateaux et Silence, ça pousse !, et continue de produire et animer l’émission Les P’tits Bateaux sur France Inter. Grande amatrice de contes, elle est l’une des rares figures du monde audio-visuel à avoir invité régulièrement des conteurs dans une quotidienne : La nuit est à vous !, sur France Inter.
Lien vers une interview de Noëlle Breham : https://www.cotemaison.fr/chaine-d/deco-design/interview-ou-vit-la-journaliste-noelle- breham_21389.html

Lien vers sa page Wikipédia :https://fr.wikipedia.org/wiki/No%C3%ABlle_Br%C3%A9ham

Spécialiste de l’œuvre de Tolkien, auteur de Promenade au pays des Hobbits, il est l’un des contributeurs du Dictionnaire Tolkien au éditions du CNRS. Il est directeur de la Médiathèque d’Eure-et-Loire.

Son premier livre, Pièges dans la Jungle, déjà un voyage, a été publié chez Gallimard Jeunesse en 1982. Illustrateur, il a une prédilection pour l’ailleurs, le voyage et les autres cultures dans ses nombreux albums jeunesse de fiction – Les Sages Apalants (Sarbacane), La Grande Vague, Omotou ou Au Pays des Vents si chauds (L’Élan Vert), L’Invisible (Belin), Le Roi Cheval (Millefeuille), ou le roman Sœur blanche, Sœur noire (Rue du Monde)…

« A chaque nouvel album, j’ai la volonté de raconter avec mes illustrations, en essayant de leur donner un sens pour prolonger le texte. J’aime progresser, chercher de nouvelles techniques et aller vers ce que je ne connais pas encore, comme si j’explorais une autre culture, un autre pays. Guidé par le voyage de l’histoire et le style de l’écrivain».

Il travaille aussi pour le Musée du Quai Branly, le Patrimoine Breton ou pour la presse. Carnettiste, il quitte son atelier breton pour voyager et réaliser sur le vif des carnets remplis de dessins, peintures et anecdotes de ses rencontres. En 2013, il a publié Salaam Palestine – Carnet de voyage en Terre d’Humanité – Ed La Boite à Bulles. Livre multi-récompensé. Il expose régulièrement son travail ici en France et ailleurs – Allemagne, Québec, Palestine, Jordanie, Vietnam, Chine, Corée… Il est invité à réaliser des rencontres pour parler de son métier ou des ateliers-peinture avec les jeunes ou les adultes, dans les écoles, collèges, lycées et universités, en France ou à l’étranger, comme au Sénégal, au Vietnam, en Chine ou en Palestine…

Franck Desplanques est rédacteur en chef de l’émission « Rendez-vous en terre inconnue ». Son rôle ? Préparer l’émission “Rendez-vous en terre inconnue”, diffusée depuis quatre ans sur France 2. Dans le monde entier, il traque les paysages grandioses, les êtres humains fascinants, les histoires captivantes. Il ne compte plus les heures passées à dialoguer avec les Himba de Namibie, à vivre avec les Korowaï de Papouasie-Nouvelle Guinée, à cavaler avec les cavaliers mongols… Parcours d’un aventurier profondément humain.

Journaliste de formation scientifique, je m’intéresse aux nombreuses thématiques qui lient la science, la spiritualité et la philosophie. J’ai travaillé une quinzaine d’années dans la presse professionnelle du secteur de la santé, tout en collaborant régulièrement au magazine Le Monde des Religions ainsi qu’à la revue Nouvelles Clés à partir de 2003. J’ai signé plusieurs articles dans les hors-séries du magazine VSD consacrés aux sciences psychiques, ainsi que dans Sci-Fi Magazine, Le Monde de l’inconnu, La Vie… J’ai collaboré au magazine Nexus à partir de 2009. Je publie régulièrement dans le magazine  Inexploré  et sur le site de l’Inrees. J’ai réalisé plusieurs interviews pour la web-tv spécialisée Baglis TV. Depuis lé début de l’année 2020, je suis rédacteur en chef de la  revue Natives, consacrée aux peuples racines.

Jocelin Morisson est co-auteur, avec Romuald Leterrier, du livre intitulé Se souvenir du futur.

Diplômée d’Etudes Supérieures de l’Ecole du Louvre, Monia Lyorit arrive à la scène par le
biais du mime dans l’atelier d’Ivan Bacciochi à Paris. Puis, elle suit des cours de théâtre classique avant de s’initier à l’art de conter en 2004. Son travail s’enrichit par la suite de sa curiosité pour le jeu masqué (stage Petit Théâtre de Pain), le théâtre d’objet (stages Nicolas Vidal, Agnès Limbos), le clown (stages Eliane Barral), la danse (africaine, contemporaine…). Elle se forme pour la voix notamment auprès d’Afida Tahri et de Sonia Nedelec et participe aux ateliers de Michel Hindenoch durant 4 ans.
Ses spectacles associent conte, théâtre (incarnation des personnages et des voix) et mouvement. Son répertoire puise largement dans les contes merveilleux mais aussi dans la littérature (Guy de Maupassant). Autrice, elle écrit son dernier spectacle adultes « Les invisibles » et publie plusieurs ouvrages jeunesse depuis 2014 (Editions Des ronds sans l’o, Frimousse, Il était une fois…).
Elle est intervenue en milieu psychiatrique (hôpital C. Perrens, hôpital de jour du Seuil, Talence) et a travaillé régulièrement avec les ateliers Santé ville de la mairie de Bordeaux entre 2008 et 2017.
Elle collabore également avec l’Opéra National de Bordeaux (visites contées), avec la compagnie Il était une fois… dans des lectures dessinées et l’association Les Caprices de Marianne pour des lectures musicales.
Comédienne, Monia Lyorit  a prêté sa voix pour la série animée Monsieur Lapin développée par Marmita Productions et enregistré un CD de contes lus chez L’autre Label (Inouïe distribution).

Romuald Leterrier est chercheur indépendant en ethnobotanique, spécialiste du chamanisme amazonien et des plantes de vision qu’il a longtemps étudiées aux côtés de chamanes Shipibo- Conibo. Il mène depuis une dizaine d'année des recherches pluridisciplinaires mêlant les sciences du vivant aux sciences humaines.Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles consacrés à l’ayahuasca et aux savoirs issus des traditions primordiales comme Les plantes psychotropes et la conscience (éd. Alphée), préfacé par Jan Kounen. Il est aussi co- auteur de Se souvenir du futur.
Il organise le festival des arts visionnaires Chimeria qui a lieu, chaque année, à Sedan.
Il est l’auteur de L’enseignement de l’ayahasca – Réflexions sur un mode de communication entre les plantes psychotropes et la conscience humaine, L’enseignement de l’ayahuasca et Les plantes psychotropes et la conscience, ainsi que de La danse du serpent. Il est conférencier et conseiller scientifique pour des films documentaires.

Son interview avec Jocelin Morisson

Bertrand Dubois est né en 1972 en région Parisienne. Diplômé de l’E.C.V à Paris. Il a d’abord travaillé pour la presse ( le Nouvel Obs, Elle…), la communication ( Banque Populaire, Virgin…) et très vite l’édition jeunesse lui a offert l’espace et le support pour développer son écriture graphique pleinement. Il aime se nourrir des textes des autres, des mots des autres, inventer des univers colorés et enrichir le récit. Il a publié ses premiers albums au Rouergue et compte aujourd’hui une vingtaines de livres jeunesse parus chez plusieurs maisons d’éditions. Son travail rempli de couleurs et de matière se réfère directement à l’art pictural.
Aujourd’hui son travail trouve sa place dans la presse, la communication, l’édition jeunesse et les galeries d’illustration. Il consacre également une partie de son temps à enseigner le dessin.
Bertrand vit à paris et partage un atelier avec des graphistes et photographes.


Crédit photo  Ecole Yann Arthus Bertrand Barjouville 

Conteur, Pierre-Olivier se définit comme un artisan-voyageur, un nomade. Issu du Cours Florent en 2002, il participe à la création d’événements culturels en Afrique de l’Ouest. Il rencontre de grandes personnalités du théâtre, du conte ou du chant traditionnel (Yoshi Oïda, Henri Gougaud) auprès desquelles il se forme. Des influences qu’il revendique : Certains sont fait pour inventer, innover… Je suis né pour transmettre. Pierre-Olivier est l’auteur de La Confrérie des abeilles et Secrets d’abeilles publiés aux éditions Albin Michel. Il vit désormais à Angers.

« Pierre-Olivier Bannwarth est conteur. Il est de ceux qui pressentent que nos rêves sont des réalités endormies qui attendent d’être réveillées. Il est de ceux qui entretiennent le feu doux de l’espérance. Il est de ces jardiniers qui aident la vie à éclore. Il accomplit sans bruit un travail humble et plus que précieux : nécessaire ». ​Henri Gougaud, 2018, préface à La Confrérie des abeilles.

Bibliothécaire-jeunesse de formation, Françoise Diep est devenue conteuse professionnelle depuis 1990. Elle rencontre Henri Gougaud à Alès et participe avec lui à ses activités de contes durant deux ans, notamment au festival Parole d’Alès qu’il anime. Elle s’est produite en France, Europe, Afrique de l’Ouest et Amérique, dans le milieu scolaire, les structures pour la petite enfance, des bibliothèques, salons du livre, festivals et salles de spectacles. Elle est également formatrice pour le Centre national de la fonction publique territoriale.
En 1998, Françoise est invitée au festival burkinabé Yeleen, et devient par la suite artiste associée. À partir de 2001, en collaboration avec le conteur burkinabé François Moïse Bamba, elle a collecté des contes en ville et en brousse. Tous deux ont lancé Aux origines du monde
une collection d’albums et de disques édité par Lirabelle. Depuis 2004, elle est la directrice artistique du festival de contes Palabrages dans la région de Nîmes. Elle est devenue conteuse pour l’association Tom Pouce. Elle habite actuellement à Nîmes.


Journaliste, diplômée en anthropologie, Sabah Rahmani travaille sur la question des peuples racines depuis plus de vingt ans. Elle a effectué de nombreux reportages auprès de communautés autochtones. Ses sujets de prédilection portent sur les relations entre l’humain et la nature. Rédactrice en chef adjointe du magazine Kaizen, 100% positif, elle travaille pour la valorisation des cultures et de l’environnement. Elle est l’auteur du livre Parole des peuples racines : plaidoyer pour la terre, préfacé par Pierre Rabhi.


Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *